Biographie

De 1963 à 1973

- Ancienne élève du Professeur  Verran durant une dizaine d’années, apprentissage de diverses techniques.

De 1967 à 1973 : sous le parrainage de Louis Bernichon, de nombreuses expositions, dans différentes villes.

Ces années ont été suivies d’une vie professionnelle trépidante et passionnante en gérontologie faite de nombreuses responsabilités et de multiples questionnements

 

Fin 2009 reprise de l’activité artistique

 

Reprise des expositions :

De mai 2010 à  2012 : 42 expositions

Les Thèmes - La Philosophie

La chaleur de l’humanité, l’humain et ses richesses sont sous jacent à tous les tableaux.

« Parfois ce sont les reflets de mes états d'âme du moment, interpellée par l’actualité déchainée, qui comme une évidence s’imposent à travers les couleurs superposées.

Inévitablement, des fragments d'histoires personnelles ou d’histoire tout court petite ou grande sont là, que seul le titre suggérera, en emmenant le spectateur vers sa propre interprétation. »

« Tout y est mêlé : ma fragilité, ma sensibilité, ma souffrance et mes bonheurs mais aussi et surtout ma conviction que la vie est plus belle si nous la construisons ensemble en couleurs.

Je souhaite que le spectateur entre dans la toile par l'émotion, la puissance du ressenti et par son propre imaginaire ».

 

Recherches

Plusieurs voies de création m’interpellent et s’affrontent. Il faut que je tende vers chacune d’elles.

Mariage et opposition entre :

 - la matière, le concret, le palpable, l’apparence, le certain, le cartésien traduits par les matériaux, la toile, le mélange à base de béatite (poudre de marbre), le papier de riz…

- et l’imaginaire, l’esprit, le ressentit, le virtuel, l’âme,

 qui sont traduits

- par les transparences, le jeu de superposition des couleurs

- et par le choix des prépondérances suscitant les déstructurations.

Ou se situe le réel et le virtuel ? Qu’elle est la priorité ?

Eternelle opposition dans notre quotidien et jusqu’où va leur prégnance dans nos relations entre humains.

 

Techniques 

Sur un mélange à base de béatite (poudre de marbre), marouflage de monotype à l’encre et peinture à la tempera grasse

Finitions à la peinture à l’huile

Pour certains tableaux, la déstructuration intervient en final dans le but d’exprimer les priorités.

 

Bibliographie

- Parution Avril 2012

DICTIONNAIRE LAROUSSE Diffusion 2012

Début 2012 : Cotation de SUZAN

 

- Publié le 04/02/2012

24 HEURES EN VILLE SAINT ETIENNE 

Par Jo Leroux journaliste critique d’art

« Exposition au Campus Casino »

Suzanne, peintre professionnelle pratique la peinture à l’œuf et présente des tableaux aux couleurs magnifiques avec des thèmes surprenants, l’amour et la tendresse captivent les regards….

 

- Publié le 26 Octobre 2011

" LE PROGRES"

 Par Nikole Daussin journaliste critique d’art

 

« J’ai besoin de matières »

Le seuil de l’atelier franchi, une explosion de couleurs et des tonalités chatoyantes dansent, gambadent et illuminent les regards.

Des senteurs printanières jaillissent des fleurs réelles ou imaginaires, le rouge des coquelicots exhale la chaleur de l’été. Puis, soudain, au détour d’un tableau l’atmosphère se modifie, les traits se font plus fluides, des transparences exultent, la sensualité fuse, indolente.

« Mon désir de peindre s’est exprimé d’emblée d’une façon classique » explique Suzan Rajot, « mais depuis quelques mois je m’affranchis de la technique traditionnelle, apprise dans ma jeunesse, et sans cesse à l’affût de substances, de couleurs, je déconstruis afin de garder l’essentiel.

J’explore l’univers de la déstructuration, je cherche l’équilibre parfait entre le réel, le palpable et le ressenti. J’ai besoin de matières : poudre de marbre, papiers de soies ou de lin, je superpose, je découpe les couleurs et je peins à la tempera grace qui apporte à ma toile une brillance inégalée. »

 

- Publié le 10 juin 2012

" LE PROGRES"

Par B Louvier

 

« Chaleur et lumière: ce sont les deux mots qui viennent le plus souvent à l'esprit lorsqu'on arpente la grande salle du château du Moine Sacristain. Quelques huiles, dès le hall d'entrée, vont d'abord arrêter le visiteur.

 

Une belle entrée en matière qui pourrait contenter n'importe qui, mais c'est un peu plus loin que se fait la magie. La grisaille qui domine à l'extérieur est souvent bousculée par la lumière, la générosité, la chaleur qui se dégage de chaque tableau. Des nus peints au doigt (ce qui leur donne encore davantage de sensualité), des scènes passionnelles, des images de famille ou de maternité, des mains qui se nouent: tout ce qui est représenté décrit, avec force,la relation à l'autre.

 

Chaque tableau est un message fort, un hymne à la vie! D'ailleurs, la technique employée s'associe à ce mouvement: la peinture à l'oeuf, déjà connue par les iconographes et associé à la poudre de marbre, permet une transparence dans les couleurs et une profondeur dans chaque toile. Suzanne Rajot était faite pour peindre….

 

…Avec son mari, qui s'occupe de toute la logistique, elle forme un tandem de qualité comme les merveilles qu'elle expose. »